Les Nuées


d'Aristophane


traduction du Grec et adaptation Pascal Thiercy


La pièce
Parmi les offrandes, enveloppés de volutes d'encens, laissez-vous tenter par l'ambiance
festive d'une cérémonie dionysiaque...
Aristophane vous présente la pièce qu'il considère comme sa meilleure œuvre !


Entrez dans une autre réalité : nous vous convions à un saut à travers le miroir, dans un monde où les démagogues et les crapules seront rois, si... les Nuées sont d'accord...


« Le monde connaît encore les guerres et les crises ; la pauvreté, les machinations politiques existent comme jadis en Grèce, et il faut toujours les dénoncer. Pour ce faire, Aristophane avait choisi le rire, ce qu'on oublie trop souvent.

Chez Aristophane, tout, du premier au dernier vers, est dramatiquement mené à la perfection ; tout est comique, rire, jubilation ; tout est action, rien n'est livresque.

L'une de ses grandes forces est qu'il sait toujours parodier à deux niveaux (au moins), de sorte que les gens qui ne comprennent pas la référence – pauvres paysans attiques, public ou érudits du XX e siècle – rient quand même.

Quelle que soit notre nationalité, Aristophane nous parle, nous fait rire et réfléchir.

Pourquoi les Tragiques grecs sont-ils vivants ? Parce qu'ils nous parlent et nous parleront à jamais des problèmes les plus profonds de l'humanité ; Aristophane, lui, est vivant parce qu'il nous parle aujourd'hui encore des problèmes quotidiens de l'homme éternel. »

P. Thiercy

Création 2006

Avec
Virginie Dupressoir,
Karine Martin,
Sandrine Polomski,
Patrice Bousquet
et Fabrice Castajon

Costumes
Agnès Liotté

Création Lumière
Frédéric Duplessier


Régie

Baptiste Ruault

Mise en scène
Patrice Bousquet

La presse

«...tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette pièce une comédie décalée et carnavalesque (..) toujours dans l'air du temps (...) servie par des comédiens au meilleur de leur forme (...) La magie opère...»
C.B. - Le Courrier Picard

Tous droits réservés © Théâtre de l'Orage